NonNonBâ, de Shigeru Mizuki

Laissez-moi vous parler de l’étrange histoire de NonNonBâ. Et en parlant d’étrange, je vais aborder pour ma première chronique un style de bouquin auquel je suis très étrangère : le manga. Membre du club lecture lillois de Madmoizelle (big up les filles !), je me suis retrouvée à lire un livre sur… le Japon. Je dois bien le reconnaître, cette culture ne me parle absolument pas. Même Ghibli n’a pas réussi à me réconcilier avec ce style si japonais qui fait la renommée du studio (à part Mononoké, peut-être). Quand un collègue m’a donc prêté ce gros pavé de près de 400 pages, je ne m’attendais pas à être conquise. Et pourtant…

9782915492255_cg

Japon, 1932. NonNonBâ, une vieille dame mystique et superstitieuse qui aime à raconter des légendes étranges, est accueillie dans la famille du jeune Shigeru. L’imaginaire déja débordant du garçon s’en retrouve décuplé. Les histoires de fantômes et de yokaï deviennent son univers quotidien et prennent le pas sur la réalité.

Bien sûr, ce deuxième monde chasse l’ennui du premier, mais en contrepartie, il complique tout : il est déjà bien assez difficile de savoir à qui se fier, sans qu’en plus des petits monstres bizarres viennent s’en mêler… 

 

Liant autobiographie et mysticisme, NonNonBâ embarque son lecteur autant que le personnage a su embarquer Shigeru à l’époque. Car c’est avec tendresse que l’auteur évoque cette vieille dame qui, plus encore que ses parents, lui apprend les choses de la vie. Prieuse d’une extrême pauvreté, NonNonBâ est un incroyable puits de savoir, et évoque à chaque situation, à chaque difficulté, un yokai de la mythologie japonaise. Car toute chose à une âme, il paraît, et les yokai en sont les monstrueux représentants, croisements entre fantômes et légendes.

NONNONBA.interior271Bien entendu, les enfants y sont bien plus sensibles que les adultes, surtout ce jeune Shigeru qui sent les choses. Déjà dessinateur à l’époque, l’adolescent écoute avec une attention toute particulière les histoires de son aïeule, et y croit dur comme fer. Les yokai tels qu’ils nous sont dessinés sont à coup sûr sortis tout droit de l’imaginaire de cet enfant curieux, et déjà très mature pour son âge.

Plongée dans le quotidien de cette famille traditionnelle, j’en ai plus appris sur le Japon que si j’avais lu n’importe quoi d’autre. Car la galerie de personnages, certains très attachants, d’autres beaucoup moins, traduit très bien la société hiérarchique japonaise : le père, tendre loser qui rêve de cinéma plutôt que des chiffres de son travail de banquier, encourage Shigeru dans son ouverture sur le monde. Au contraire, la mère qui se vante dans toutes les pages de son illustre héritage jusqu’à en devenir ridicule, n’a que le mot “études” à la bouche (même si elle lit comme un plaisir coupable les planches de son cadet). L’aîné essaye de se détacher de la guerre que se livre les enfants du village et à laquelle se plie sans broncher le junior.

Papa-de-Shigeru

Au milieu de ce joyeux foutoir, Shigeru grandit. À travers plusieurs femmes de sa vie, il construit son identité. NonNonBâ éveille son âme d’enfant, sa belle cousine deviendra un coup de cœur, entre amour et amitié, tandis que sa rencontre avec une étrange voisine plus tard lui révèle qu’il n’est peut-être déjà plus un enfant… L’histoire démarre même avec l’évocation de la meilleure amie de Shigeru, une petite fille qui sera sa première perte. Des personnages féminins très forts donc, qui ont une véritable importance et ne sont pas là pour être de simples faire-valoir.

NonNonBâ aborde également certains thèmes avec une belle justesse : il y est beaucoup question de la mort, de son acceptation et plus tard, du deuil. Les personnages traversent souvent des situations difficiles, voire cruelles (Shigeru est rejeté par ses camarades pour une raison stupide) qui reflètent bien la vraie vie, mais sans jamais être tristes ou tomber dans le pathos.

Une bien belle découverte en tout cas, que j’ai dévorée en quelques jours malgré ma réticence. J’ai aujourd’hui envie de découvrir plus d’œuvres de Shigeru Mizuki, et pourquoi pas d’autres mangas maintenant que j’y ai pris goût ! Si vous souhaitez donc vivre une belle aventure en terre japonaise, je vous invite à écouter toutes les histoires que NonNonBâ a à vous raconter !

Publicités

La vérité sur l’affaire Harry Quebert, de Joël Dicker

Je ne sais pas si cela vous arrive aussi mais parfois, pendant quelques mois, j’ai une période « creuse » niveau lecture. Rien ne me motive, je commence des livres sans conviction et les laisse en plan après quelques dizaines de pages, parfois même je n’en attaque aucun. Jusqu’au moment où je tombe sur un livre… qui me relance complètement.

Si je vous raconte ainsi ma vie, vous devez vous douter que justement La vérité sur l’affaire Harry Quebert a été LE livre qui a relancé la machine ! Ce livre est un vrai « page turner », il vous entraîne de chapitre en chapitre à un rythme haletant.

La vérité sur l'affaire Harry QuebertL’histoire commence en 2008, Marcus Goldman, après le succès retentissant de son premier roman peine à en écrire un second. Tout bascule lorsque son ami et mentor Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans la petite ville d’Aurora et mener son enquête. Entre l’enquête qui s’enfonce et soulève de plus en plus de questions, les menaces qu’il se met à recevoir et la pression que lui met son éditeur, Marcus se retrouve au milieu d’un tourbillon qui dépasse tout ce qu’il avait imaginé.

Alors, je l’avoue, j’ai un gros faible pour les enquêtes qui sont menées par des gens « quelconques » mais personnellement concernés. Je préfère ça aux enquêtes purement policières. Ici, même s’il y a un personnage de flic un peu bourru mais gentil, c’est vraiment l’écrivain qui fait avancer l’histoire au fil de ses découvertes.

Mais au-delà du fait que j’ai attaqué ce livre avec un a priori plutôt positif, je me suis vraiment laissée embarquer dans cette enquête. Le personnage de Marcus est attachant dans ses maladresses, ses échecs, son amour quasi paternel pour Harry et son acharnement à prouver son innocence. Il y a également de très nombreux personnages secondaires qui sont tous aussi bien construits les uns que les autres.

L’histoire alterne entre les époques, on apprend donc à connaitre les personnages à différents moments de leur vie, à comprendre leurs relations, leurs réactions… Malgré cela, à chaque fois que l’on pense avoir compris quelque chose, un nouvel élément vient chambouler toutes nos certitudes. L’enquête se déroule dans un environnement restreint, une petite communauté, du coup on en vient à douter de tout et de tout le monde. Et sans vous spoiler, j’ai vraiment adoré la conclusion du livre, ce petit twist que l’on comprend dans les dernières lignes !

Finalement, je ne vous dirai pas que La vérité sur l’affaire Harry Quebert est une œuvre de « grande littérature » car pour être honnête, j’ai tellement avalé les pages les unes après les autres que je ne me suis guère intéressée au style. Ce que je peux vous dire en revanche c’est que si vous aimez les enquêtes menées tambour battant, ce livre est pour vous, c’est fluide, plein de rebondissements et une fois ouvert on n’a plus qu’une envie : aller au bout pour savoir qui a tué Nola Kellergan.

L’Epée de Vérité – La première leçon du sorcier, de Terry Goodkind

Tout d’abord, un petit mot sur l’auteur… 

Terry Goodkind est né en 1949 dans le Nebraska, et vit aujourd’hui avec sa femme dans le Maine, dans la maison qu’il a construite. Avant de connaître le succès avec sa saga il a, entre autres, été luthier et restaurateur d’art. Il a commencé à écrire « la Première Leçon du Sorcier » dans sa tête alors qu’il bâtissait sa maison, se racontant une histoire comme il le fait depuis toujours. Trouvant que l’histoire était plutôt bonne il a décidé de l’écrire pour la présenter au meilleur agent littéraire du pays. Le premier tome a tellement plu aux éditeurs qu’il a été vendu aux enchères, et le cycle est rapidement devenu un best-seller mondial, se vendant à plus de 20 millions d’exemplaires dans une dizaine de langues.

Source : http://www.terrygoodkind.fr/auteur.html

Vient maintenant le plus important : le livre !

Difficile d’en parler sans un tout petit peu spoiler, mais je promets que je vais faire de mon mieux avec, tout d’abord, ce petit résumé :

Richard Cypher vivait paisiblement dans la forêt de Hartland jusqu’à ce qu’il sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants. Elle ne consent à lui dire que son nom, Kahlan, mais dès le premier regard, il sait qu’il ne pourra plus jamais la quitter.

Et désormais, le dla 1ère leçonanger rôde dans la forêt. Des créatures monstrueuses suivent toujours les pas de l’étrangère. Richard la conduit à son ami Zedd, le vieil ermite, qui a toute sa confiance. il est loin de se douter que Zedd n’est autre que le grand sorcier que cherchait Kahlan. Car ce tyran sanguinaire du nom de Darken Rhal s’est emparé des contrées du Milieu et projette de détruire le monde à l’aide d’anciens artéfacts. L’heure est venue pour Richard de recevoir la légendaire Epée de Vérité qui lui donne le terrible pouvoir de rendre justice. Mais l’arme est à double tranchant. Richard éprouvera la souffrance de tous ceux qu’il tuera. Ainsi commence pour les trois compagnons une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. À n’importe quel prix. 

De manière générale, ce livre m’a beaucoup plu ! Ces 680 pages peuvent sembler effrayantes aux yeux des lecteurs occasionnels, mais moi, je les ai dévorées dès que j’avais un peu de temps libre et avec un réel plaisir. La lecture se fait rapidement, même si ce n’est pas un roman jeunesse. En effet, certaines scènes paraîtraient choquantes à des lecteurs trop jeunes. L’auteur ne se gêne pas pour décrire certaines parties de notre anatomie, certaines sensations et utilise quelques insultes mais très peu, je n’aime pas quand ce que je lis ou regarde est trop grossier.

Sur le plan des personnages, Richard est bien sûr le stéréotype du héros qui peut miraculeusement tout faire pour une raison obscure et sans s’en rendre compte, un peu comme Harry Potter. C’est cliché mais ça marche pour moi. Mon personnage préféré est incontestablement Zedd qui ne pense pratiquement qu’à manger (comme moi) du moins, quand la situation n’est pas trop dangereuse. Il n’abuse pas de ses pouvoirs et constitue un symbole de sagesse mêlée à un grain de folie. Je trouve par contre Kahlan assez insupportable avec sa peur de perdre le contrôle tout en ne révélant pas ce qui se passe. je la trouve assez égoïste et froide. Bref, ce n’est pas mon personnage préféré. J’ai aimé le courage de la petite Rachel et la méchanceté de la petite Violette m’a fait penser à Charlie et la Chocolaterie. Bref, ce roman contient une panoplie de personnages que j’espère retrouver dans le tome suivant (au moment où j’écris ces lignes, je ne l’ai pas encore commencé mais le premier tome étant une histoire en soi, je me permets déjà de livrer mon avis.)

De nombreuses scènes m’ont émue, stressée, ou encore fait sourire. Bref, il n’y a pas de quoi s’ennuyer avec ce livre riche en péripéties. À plusieurs reprises, j’avais envie de secouer les personnages et de leur dire « rah, c’est juste à côté de vous » ou « je suis vraiment désolée pour toi ». Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me dire si vous avez ressenti les mêmes choses que moi ou non et si vous ne l’avez pas lu, je vous le conseille !

 

Bienvenue dans la Bibliomadz !

books,girl,library,reading,alone-3764fe0bab866fc4a91d59af59ad589d_hÀ toi lectrice – ou lecteur – qui franchit ces murs virtuels, nous sommes ravies de t’accueillir au coeur de notre Bibliomadz.

En te baladant dans les rayonnages, tu croiseras des personnages de toutes sortes, armés aussi bien d’épées que de mots acérés, que nos auteurs seront ravies de te présenter.
Critiques personnelles, lectures communes et coup de coeur : en espérant que nous lire te donne envie de lire plus encore !