Les Larmes d’or, de Laurie Mac Bain

Pour mon premier post, j’ai décidé de commencer par l’un de mes livres préférés. La première fois que je l’ai lu, j’avais 15 ans et les hormones en émoi. Bon, depuis je l’ai quand même relu et je n’ai pas eu la même impression. Attention, je ne dis pas que ma relecture était décevante ! Bien au contraire…

Voici un petit résumé:
Les Larmes d'or - Laurie MacBain« Je te retrouverai, Mara O’Flynn… Je te ferai payer le prix de la haine. » Nicholas de Chantale contemplait le portrait d’une jeune femme, sur un médaillon. Oui, il la retrouverait, cette aventurière dont la beauté ensorcelante avait poussé son neveu au suicide.
Aventurière, Mara l’était un peu : entraînée par son frère Brendan, elle était partie chercher fortune en Amérique. L
à-bas, à ce qu’on disait, les rivières charriaient de l’or et la vie était belle.
Mais bientôt, Mara s’aperçut que
la terre promise cachait bien des pièges, dont le plus insidieux s’appelait Nicholas de Chantale.
De Califo
rnie en Louisiane, cet homme allait la poursuivre de sa haine implacable. Et pourtant, s’il savait…

Nicholas, l’un des protagonistes principaux, est à moitié français. Rien que ça, ça m’a fait plaisir. Pas que je sois nationaliste mais rien que d’imaginer cette époque coloniale française, ça change de toutes les lectures que je fais habituellement qui se déroulent en général en Angleterre.

Ce livre raconte l’histoire entre deux personnes qui s’attirent mais qui se rejettent, se font mal, se blessent sur fond d’Amérique multi-nations. Les deux protagonistes se pourchassent, vont faire étape dans plusieurs états. Et c’est ce qui m’a particulièrement plu ! On peut ainsi découvrir la Californie, la Louisiane française, la Nouvelle Orléans…. Les lieux sont très bien décrits et on arrive à s’imaginer avec le héros. On s’imagine même être Le héros. On se prend au jeu. De plus, j’ai très sincèrement éprouvé les sentiments des différents personnages. Mara qui essaie de sauvegarder sa dignité mais qui est tellement attirée par le feu. Son frère, chercheur d’argent (pas d’or, il ne se retrousse pas les manches), qui va même imaginer marier sa sœur à une famille venant d’Espagne mais vivant aux États-Unis depuis longtemps. Et enfin, Nicholas, qui paraît dur au premier abord, que je n’ai pas forcément apprécié d’emblée mais qui finit par nous emballer.

Pour conclure, n’hésitez pas à lire ce livre pour passer un agréable moment sans trop vous prendre la tête.

Publicités